top of page

Assertivité et femmes au pouvoir : une évolution du leadership

Dernière mise à jour : 10 mai


Impact de l’assertivité pour les femmes : comment transforment-elles le leadership ?


Dans le monde du management, les femmes émergent comme d'excellentes leaders, apportant une nouvelle dimension d'engagement et de motivation. Une étude de Gallup montre que 26% des employé.es dirigé.es par des femmes sont plus enclin.es à s'investir pleinement et sur le long terme dans leur travail, comparativement à celles et ceux géré.es par des hommes. De plus, 29% des enquêté.es se sentent davantage encouragé.es et soutenu.es sous une direction féminine, un témoignage éloquent de l'efficacité d’un nouveau type de leadership. Selon l'étude de Paustian-Underdahl "Gender and perceptions of leadership effectiveness", les femmes sont perçues comme étant de meilleures leaders que les hommes, réussissant à créer un climat de travail plus engagé et collaboratif.


Leur ascension vers ces postes de direction est un parcours dans lequel elles doivent faire preuve d'assertivité et de confiance en soi. Les femmes, en reconnaissant leur compétence, justifient leur place auprès de leurs pairs. Elles adoptent une approche de management distincte, axée sur la communication efficace et l'empathie, leur permettant non seulement de se faire entendre mais aussi de se rapprocher de leurs équipes pour une meilleure collaboration et un accompagnement personnalisé et respectueux.


Cette approche, assertive, met en lumière la capacité des femmes à transformer les défis en opportunités, à innover dans leur style de management et à insuffler un esprit d'équipe et de confiance, faisant d'elles des modèles de leadership. La résilience des femmes en management ne sont pas seulement des atouts, mais des piliers influençant positivement le paysage professionnel moderne.


Empathie, écoute et innovation : les qualités de l'assertivité qui font des femmes de meilleures leaders. Comment font-elles ?

Gravir les échelons : Des Chemins Différents vers la Promotion


Justifier sa position

« Il y a une courroie d’entraide et de solidarité et il y a des espèces de passages qui font qu’il y a des corridors, qui ne sont absolument pas, des passages secrets donnés aux femmes. On a pas les corridors. »

Florence Trouche, directrice de publicité Netflix


Les femmes, loin de s'inscrire dans les sentiers battus du "Male’s club", tracent leurs propres voies vers la réussite. Elles incarnent un engagement professionnel profond, cherchant à exceller dans leurs missions avec ou sans l'ambition de gravir les échelons hiérarchiques.

« En fait, l'ambition, c'était de faire notre job correctement finalement, mais pas d'ambition pour la structure. Et ça a pris très longtemps en fait à ce qu'on s'autorise à avoir une ambition. »

Anne Cudkowicz, Partner du Groupe Arthur Hunt


La perception de soi est en constante évolution chez les femmes, qui cultivent une approche authentique et consciencieuse. Alors que les hommes peuvent accéder à des postes de direction en se fondant principalement sur leur assurance, les femmes s'attellent à démontrer leurs compétences avant de revendiquer leur place.

« C’est-à-dire, qu’elles devaient limite prouver encore plus que les hommes qu’elles avaient de la disponibilité (…) À un moment donné, si j'avais envie d'évoluer, en gros, il fallait que je fasse des heures et que partir à 18h-18h30, c'est pas concevable dans un cabinet de chasse. »

Anne Cudkowicz, Partner du Groupe Arthur Hunt


Bien que chacun.e soit touché.e par cette norme sociale, les femmes en sont d’autant plus impactées car davantage observées. Elles doivent manifester une disponibilité équivalente à leurs homologues masculins, remettant en question les stéréotypes. Et ce, alors même que la disponibilité n’a aucun impact réel, ni sur la compétence, ni sur la performance. Liée à de la fatigue, elle n’est pas au service des missions des salarié.es d’une entreprise. Cela s’explique d’ailleurs par le fait que certaines compagnies souhaitent mettre en place la semaine de 4 jours.


Ce parcours, semé d'obstacles et de défis, illustre la résilience des femmes et leur capacité à exceller dans des environnements professionnels exigeants. Elles incarnent non seulement une force de travail déterminée, mais aussi un modèle de leadership équilibré, prouvant que l'assertivité, alliée à une volonté de réussir et une capacité à performer, fait des femmes de très bonnes leadeuses.


Avoir confiance en soi


Que cela soit dans le milieu personnel ou professionnel, le genre est souvent mis en avant. Cela peut avoir un impact fort sur l’image qu’un individu renvoi, d’autant plus lorsqu’on est une femme. Florence Caghassi illustre parfaitement cette réalité dans le domaine de la vente. Malgré les préjugés, elle parvient à obtenir d'excellents résultats, démontrant que ses réussites ne sont pas définies par son genre, mais par ses compétences et son approche personnelle.

« Or, je le répète, c'est vraiment pas pour ça que j'ai été choisie. J'ai proposé un projet pour l'établissement et c'est sur la base de ce projet que j'ai été nommée. »

Aurélie Clemente Ruiz, directrice du Musée de l’Homme


Son parcours illustre que la réussite des femmes n'est pas une question de quota, mais le fruit de leur travail acharné et de leurs talents.

« On se dit bon, finalement, on nous dépeint des instances de gouvernance de dingue. Bon, finalement, ça reste des réunions d'information. Bon, et je pense que toutes ces choses là ont fait que finalement on saisit. Bon bah ok, il n'y a rien qui n'est pas à notre portée. »

Anne Cudkowicz, Partner du Groupe Arthur Hunt


En effet, les femmes en position de leadership apprennent à dépasser les stéréotypes et à s'affirmer. Elles comprennent l'importance de se faire confiance et de reconnaître la valeur de leur travail. Cette prise de conscience est essentielle pour légitimer leur rôle en tant que managers et leaders. En observant et en apprenant des lacunes des autres, elles développent des stratégies innovantes, se perfectionnent continuellement et deviennent des modèles autant pour leur résilience que pour leur assertivité.



Communication et Influence : Parcours Féminin dans la Hiérarchie et la Prise de Parole


Prendre la parole


S'affirmer dans un milieu professionnel, surtout en tant que femme, requiert une maîtrise de l'art de la communication. Dans des environnements souvent dominés par les hommes, la tâche de se faire entendre et respecter n'est pas toujours aisée.

« Par exemple quand on est une femme et qu'on va être plus arbitraire, ou qu'on va être plus exigeante sur un sujet et qu'on s'adresse à des garçons même qui sont pas du tout machos, etc. Ça peut être moins bien pris, moins bien entendu, on a besoin de parler plus fort et donc du coup il y a un petit effet d'échelle qui fait qu'on a l'impression de devoir parler plus fort ou de s'imposer plus, ou de se voir faire plus d'effort que finalement c'est cette idée passe, moi c'est toujours quelque chose que j'ai ressenti sans pouvoir le prouver en fait. Vraiment. »

Florence Caghassi Jouni, DG Associée de Dynergie


Il est indéniablement complexe pour les femmes de se faire entendre et respecter au travail.

Les femmes, ne pouvant souvent pas adopter une posture d'autorité similaire à celle des hommes, trouvent des moyens innovants pour communiquer efficacement leurs idées, face aux potentiels jugements hâtifs et aux critiques.

« Alors non pas qu'on me la donnait pas, mais en tout cas, on m'a peut-être fait comprendre à divers reprises qu'il valait mieux que je me taise ou que ma parole ne serait pas légitime pour tel ou tel sujet. Et donc je me suis, je me suis tue en tout cas sur certains sujets, et j'ai considéré que ma place n'était pas forcément de prendre la parole sur certains sujets. »

Anne Cudkowicz, Partner du Groupe Arthur Hunt


Ces défis ne sont pas des obstacles, mais des tremplins pour les femmes pour développer des compétences uniques en communication. Il ne s'agit pas seulement de parler, mais d'être entendues et comprises. Il est nécessaire d’apprendre à naviguer à travers différentes personnalités et à adapter leur message pour assurer l’efficacité de leur communication. Être une femme, c’est apprendre à communiquer d’une manière différente.


Cette notion d’effort dont parle Florence est omniprésente : il faut travailler plus, être plus disponible, communiquer mieux, différemment. Ce n'est pas un fardeau, mais un témoignage de la force et de la détermination des femmes à réussir. L'assertivité devient ainsi une seconde nature, leur permettant de s'affirmer tout en respectant leurs interlocuteurs.trices. Cette aptitude à communiquer de manière adaptative et respectueuse est un atout majeur dans le monde du leadership féminin.



Être proche de ses équipes


Du fait de leur parcours pour arriver à ses postes, l’'approche féminine en matière de management s'oriente vers une relation de proximité et de compréhension avec les équipes.

« Moi ce qui m'intéresse, c'est de faire grandir une activité, de lui donner de la légitimité, de la visibilité. Que les gens qui travaillent avec nous soient heureux de venir chaque matin pour partager des moments de vie ensemble parce qu'on passe à peu près 10h par jour ensemble et que, on ait une activité qui soit performante puisque c'est quand même le nerf de la guerre. »

Anne Cudkowicz, Partner du Groupe Arthur Hunt


Cette approche déconstruit l'idée que l'ambition professionnelle implique nécessairement des sacrifices personnels, et encourage plutôt un équilibre harmonieux entre les deux aspects de la vie. L’importance d'un environnement de travail collaboratif et épanouissant pour tous et toutes est alors une évidence.


L’utilisation d’une assertivité bienveillante permet de valoriser chaque membre de l'équipe, en reconnaissant leurs contributions individuelles.

« Il y quand même un de mes managers que j’adore, il m’a quand même dit : « Ne sois pas au milieu de tes équipes. Tu ne peux pas être un manager qui est au milieu de ses équipes. Tu dois être au dessus, tu dois avoir de la distance. Tu ne peux pas avoir des relations de convivialité avec tes équipes. » Alors, j'aurais pu écouter en me disant : « Il a raison. Il faut que je prenne ces vieux modèles. » Mais ce n'est pas mon modèle. Donc ça m'a beaucoup plus appris sur lui-même, que moi, sur moi-même. »

Florence Trouche, directrice de publicité chez Netflix

Ce refus d'adhérer aux modèles traditionnels démontre une capacité à innover un style de management participatif, favorisant une atmosphère de travail plus inclusive et engageante.

L'écoute et l'ouverture d'esprit dans la gestion d'une équipe sont cruciales. Accepter les retours d'information et rencontrer régulièrement les employé.es sont des pratiques qui renforcent la cohésion d'équipe et la performance de l'entreprise. Ces méthodes, loin d'être une faiblesse, représentent une force managériale majeure et favorisent l’engagement des équipes. En effet, 74% des personnes sont plus engagées quand elles se sentent écoutées.

« Tu as le droit de tenter des choses, d'avoir une posture différente. »

Anne Cudkowicz, Partner du Groupe Arthur Hunt


Cette perspective ouvre la voie à une gestion plus flexible et adaptative, où les femmes peuvent apporter leur propre vision et innovation dans le monde du management.



La différence dans la perception des femmes et des hommes dans le monde professionnel conduit au développement de stratégies uniques et de compétences chez les femmes leaders. Loin d'être innées, elles sont le fruit d'une adaptation stratégique aux divers obstacles rencontrés, que ce soit dans le milieu de travail ou ailleurs. Les femmes managers excellent grâce à leur capacité à écouter, à faire preuve d'empathie et à valoriser les qualités humaines. Non déterminées biologiquement, ces compétences sont acquises et affinées à travers les différentes expériences tant professionnelles que personnelles.


Cet aspect démontre que, bien que le genre puisse être la première caractéristique remarquée chez une personne en position de responsabilité, il n'entrave en rien la capacité d'une femme à exceller dans ce rôle. Face aux défis, elles déploient des stratégies de communication innovantes et apprennent continuellement de nouvelles compétences, transformant les obstacles en opportunités de croissance.


Les statistiques le confirment : les femmes sont souvent de meilleures leaders que les hommes. Cette réalité met en lumière les préjugés limitants qui entourent souvent les capacités de celles-ci. En brisant ces barrières, elles prouvent non seulement qu'elles peuvent assumer des rôles de direction, mais aussi qu'elles peuvent exceller dans ces fonctions, apportant une nouvelle dimension au leadership.


L'assertivité des femmes se manifeste donc non seulement dans la capacité de s'affirmer dans des rôles inattendus, mais aussi dans la manière d'innover et d'inspirer.



Pour approfondir les sujets du leadership et de la place des femmes, suivez la newsletter Hand So Act - Leadership & Co



Sources :


  • Mathilde Pelletier. Du corps au son : la voix, support de la relation en psychomotricité. Psychologie.2020. dumas-02900449 https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02900449/document

  • Enquête de Gallup, « State of the American Manager » https://officevibe.com/blog/infographic-employee-feedback

  • Samantha C. Paustian-Underdahl, « Gender and Perceptions of Leadership Effectiveness: A Meta-Analysis of Contextual Moderators »

  • Podcast « Le pouvoir au féminin », Épisode 12, Anne Cudkowicz, Partner du Groupe Arthur Hunt,

  • Podcast « Le pouvoir au féminin », Épisode 11, Florence Trouche, directrice de publicité chez Netflix

  • Podcast « Le pouvoir au féminin », Épisode 14, Florence Caghassi Jouni, DG Associée de Dynergie

  • Podcast « Le pouvoir au féminin », Épisode 13, Aurélie Clemente Ruiz, directrice du Musée de l’Homme






36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page